> Critiques > Labelisés



A réception de l’Ile aux lézards ma surprise était que non seulement je ne me souvenais plus d’avoir sollicité ce disque et secondo……..Non j’avoue au départ une surprise. C’est donc de Belgique que nous arrivent les habitants de l’Ile aux lézards, après être passé par Ibiza pour la conception. Si Ibiza est pour vous synonyme de Bpm, nichons au vent et sexe en grappe de raisins il y aura forcement fausse route, car si electro lux fait bougé les pieds il fera surtout appel à votre intellect. Disque inclassable de part sa diversité, celui-ci n’en est pas pour autant celui d’une expérimentation débridée. Pas de chercheur de l’ombre sur cette île aux lézards mais plutôt des recolteurs de fruit. Kalakarbo, Assomption et plow à défaut de lézards tient lieu de repére aux tortues, Bigboss man ou richard=vassilly reprennent à leur compte mais de façon moins brutal les mariages de diabologum sauf que electro:lux les références sont cachées. On préfère chez eux l’ironie, se huitiéme degrés qui se marierait à merveille avec les aventures du plasma de cointre et la police. Bedfesrtingungsteile le meilleur interlude de ce disque précédera Démocratie et son aspect faussement calme, faussement apaisé. Une atmosphère éprouvante comme mogwaï sait les sculpter. De sculpture il en sera plus que de tout sur Georges II, taillée dans du autechre cette piéce fantastique éprouve car il signe la fin du disque. Morceau parasité concassé mais au combien chavirant, de la mélancolie électronique doucement lovée autour d’une electro acoustique magistrale. Comme pour le morceau d’ouverture pas de nom, même pas de numéro de piste, rien comme pour ne pas laisser de trace pour rendre insignifiable quelque chose de quasiment palpable. Espérons que ce disque lui ne passera pas inaperçu, ce n’est pas un souhait c’est bien plus que cela…………interdiction de ne pas passer par l’île aux lézards.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.