> Critiques > Labelisés



Depuis la séparation de Tarnation, ce folk lent et porté par une voix féminine nous manque. Et ceux ne sont pas les exercices solos de Lizz Frazer qui combleront ce manque. Déborah (petit joyeux de l’écurie Odette production) comble et comblera définitivement ce manque quand elle poussera ses chansons aux limites que celles-ci nécessitent. Américaine vivant en France, Déborah aligne une dizaine de folk songs (dont deux maladroitement mais joliment interprétées en français) avec un charme fou. Matière au combien rare car tellement épuisée, la folk song sans pathos, suscite l’admiration quand elle parvient (comme c’est le cas ici) à caresser nos oreilles et effleurer notre peau. Ces chansons fragiles mais épanouies s’éloignent habilement des morceaux pouilleux et malades du bon vieux Will Oldham et de son Palace. Déborah irradiera, flirtant à chaque instant avec la perfection, mordant la ligne du mainstream pour mieux en détester le goût. Entre Paula Frazer et Emmylou Harris, une place est à prendre, c’est dans notre intérêt que Déborah s’y installe car les courtes journées d’automne arrivent, et son spleen lumineux et gracile nous sera nécessaire.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.