> Critiques > Labelisés


  • 10 novembre 2009 /
    Placebo
    “black market music”

    rédigé par Gérald de Oliveira
    2 votes
      (8/10 - 2 votes) notez cet album


Suivant la définition du dictionnaire, un placebo est un produit inactif substitué à un médicament à l’insu du patient pour apprécier les effets psychologiques liés à un traitement. Après deux cures, celle du très convainquant premier album éponyme et celle du très intéressant without you i’m nothing un troisième cure nous est proposée sous le nom de black market music. Aveuglé que nous sommes, nous nous sommes jetés sans rechigner sur ce nouveau traitement tout en gardant en mémoire le premier single, le très lourd et inconsistant taste in men. Dans ce genre de traitement la mémoire ne doit pas avoir son mot à dire mais face à l’évidence celle ci réveille en nous des sensations passées qui hurlent une évidence ; nous avons été trompé. Trompé par un groupe qui voudrait nous faire croire qu’il pouvait escalader une montagne avec le frein à main. L’illusion fait long feu sur ce lp après taste in men, days before you came et special K, photocopies baveuses de productions passées. Spite & malice, caution artistique, tentative ratée, collage grossier. Un morceau qui colle plus aux doigts qu’il ne s’imprime dans les têtes. Si ce morceau navre il a au moins le mérite d’éveiller un semblant d’intérêt comparés aux mièvreux (passive aggressive, haemoglobin, narcoleptic, peeping ton et l’indispensable morceau caché qui aurait mieux fait de la rester). De ce naufrage, black eyed est a sauver sans être vraiment merveilleux, le blue american et son ambiance pesante et le quasi enjoué Commercial for levi. Slave to the wage quant à lui brille plus par l’utilisation de ce sample de pavement (gimmick parfait et accrocheur)que par l’originalité du morceau. Le rapport du médecin est radical, après deux traitements la prescription devait être changée. Molko et sa bande se font arracher leurs masques car devant une telle monotonie l’utilisation de masques parait indécente. Placebo s’amuse mais sans nous.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.