> Critiques > Labellisés


  • 10 novembre 2009 /
    Piano Magic
    “disaffected” (Talitres)

    rédigé par gdo
    1 vote
      (10/10 - 1 vote) notez cet album


Salut toi. Oui toi, vacataire certainement dans un centre de tri postal, dans une zone désaffectée d’une ville. Prolixe manieur de paquet au milieu des bruits des trieuses et des paquets éventrés. Toi qui supportes tout cela pour le simple, mais vital besoin de te placer quelque chose au dessus de ta tête. Toi qui en palpant un paquet pour palier à un imaginaire en berne, et qui fini par ouvrir pour découvrir la vérité. Toi qui c’est empressé de cacher sous ta blouse un exemplaire de piano magic venant directement de chez talitres, laissant l’enveloppe et la petite bio le droit de venir chez moi. Toi qui supportes la musique de ton chef de secteur, fana de Johnny et capable de griller un RTT pour être le premier à s’épancher sur le nouveau myléne farmer que sa femme guette comme le messie, et depuis la mort de jean Paul en en cherche des messies. Mais bon je m’égare, remarque je m’égare depuis le début de ce papier, comme une parade ultime pour ne pas chroniquer ce nouvel album du piano magic. Elle serait bien belle cette échappée, je pourrais même te remercier après tout de cette digression, et au final ne jamais parler du disque, car je n’ai jamais été très adroit dans les compliments, et là je n’ai que cela dans ma besace. Oui, car comme moi tu as dû tomber amoureux de ce disque, tu as dû prendre même le wagon de l’éternité avec ces chansons. Tu as dû comme moi ne pas t’expliquer comment on peut encore écrire de telles chansons sans pouvoir les faire connaître. Alors, je te propose un deal, ouvres les paquets, tous sans exception, ceux qui renferment le dernier mylene farmer ou moby et remplace-les par un exemplaire de ce piano magic, je t’assure que le monde n’en sera que meilleur et moins bêlant. Bon je te quitte la postière frappe à ma porte, j’attends deux exemplaires de cet album qu’il m’est agréable d’offrir, à mois qu’un de tes collègues lui aussi en prenne pour un bon bout d’éternité, le veinard.