> Critiques > Labelisés



Dans le style de malstrom sonore nous avions adoré les Bentley Rythme Ace, mais nous étions loin de penser à une galette pouvant se jouer autant de notre faculté à nous émerveiller des sons même les plus ringards. Se relever d’une prestation dansante en écoutant mojo moog face à des proches sera pour moi infaisable pour une paire d’années, ce titre déjouant les règles même de la musique. Le cd présenté avec des jeux que nous aimons faire sur nos programme télé avant de mettre une moustache à la présentatrice du vingt heures, et une collection de casses têtes que notre pudeur ne pourra refreiner. Il ne sera pas évident de ne pas accompagner gone go on de suck dooby dooby dooby, et donc de perdre toute réalité. The million colour révolution est un immense terrain électro kitsch qui se verrait décorer par tout ce que l’on peut trouver sur la main même une fanfare. Un vaste lupanar interminable qui ne se soucierait que d’une chose avancer en marchant la plus crétine possible, le tout sous l’accoutrement le moins en rapport avec les codes de la mode. Ces espèces de gilbert and georges musicaux s’amusent à nous projeter sous un arc en ciel, sans humour potache, juste avec la volonté révolutionnaire de nous voir heureux. Un bol d’air (TCMR grand finale n’est il pas un clin d’oeil) dans la symphonie de la monotonie humaine. Un disque à faire passer Beck pour un sinistre sir. Que la joie soit avec nous.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.