> Critiques > Labelisés



Rencontré sur une compilation des chroniques sonores, Quaisoir nous revient avec un format long au titre aussi inhospitalié qu’un brin présomptueux. Dans la voix de quaisoir c’est Philippe Katerine qui est suggéré, alors que dans les textes et les compositions c’est Dominique A (comme c’est bête/ au tapis) ou Sylvain Vanot (grâce / rien que du vide) qui feront figure de grands frères, d’éclaireurs. Au risque de passer pour un radoteur ici, mais pour enfoncer un clou il faut souvent taper plusieurs fois, au moment où l’on ne finit pas de couvrir d’éloges les delerm, benabar et autres sanseverino quelqu’un comme quaisoir est un vrai cadeau à ne pas oublier (les cadeaux) sous peine de passer à côté de petites chansons comme les chevaux s’affolent qui écrase à elle seule le répertoire surestimé et surbourssouflé des chanteurs (subventionnés ?) nommés plus haut. Entre chanson et incision rock (il faut tuer la chanson) qui comme chez Dominique A passe parfois plus mal, Quaisoir mérite lui aussi de monter, en haut dans le ciel celui des mortels (demain est un cauchemar) avec nous, car il est des nôtres il voit et parle de la fin comme nous autres. Bonne pioche.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.