> Critiques > Labelisés



Très récemment il vous fallait vous délester d’une bonne centaine d’euros afin de pouvoir assister dans l’enceinte de la porte Maillot à un concert d’un canadien et de sa guitare acoustique. Et bien moi pour pas un rond ou tout juste une quinzaine d’euros je vous file un bon plan et pas seulement pour 45 seconds, mais aussi pour un big time. Tout droit venu de la Scandinavie, saint thomas est de retour avec un deuxième album prenant les sceptiques à la gorge et les retardataires aux tripes. Alors si la comparaison avec neil young est facile elle n’en demeure pas moins évidente et rassurante quand à l’avenir de cette musique. Disque à la production boisée impeccable (everything was for romance) il en échappe également une histoire de ces grands espaces dans la poussière et la végétation aride, une histoire sortie des rêves (heroes making dinner) à la connexion folk Us et paysages débridés …..la géographie est une science inexacte avance saint thomas. En douze chansons il n’aura rien inventé, sauf le" écoutes ce que je chante dis moi d’où je viens", et il nous aura fait économiser une tristement célèbre centaine d’euros pour un plaisir répété à volonté. Nashville jumelé avec Oslo. Tout fout le camps sauf le plaisir.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.