> Critiques > Labelisés



Echappé un temps de son groupe habituel, Volcano The Bear, Daniel Padden s’est enfermé chez lui pour enregistrer, principalement en solitaire bien qu’aidé ponctuellement par quelques amis de passage, son deuxième opus sous le nom de The One Ensemble Of Daniel Padden. Le disque, intitulé The Owl Of Five, se situe dans la lignée folk-psychédélique expérimentale des américains du No-Neck Blues Band ou de leur compagnons de label Jackie O’Motherfucker mais s’avère, peut-être, plus accessible. Les magnifiques motifs mélodiques présents tout au long du disque n’y sont sans doute pas étrangers et plongent l’auditeur dans des ambiances à la fois variées et fascinantes. On voyage ainsi d’un pub enfumé de fin de soirée, au moment où les derniers clients décident de pousser la chansonnette, à une fête foraine du 19ème siècle, non loin du stand de la femme à barbe et de l’homme éléphant, en passant par une fumerie d’opium à Marrakech pour s’arrêter finalement au bord d’un Loch brumeux en Ecosse. Toujours sur le fil, les arrangements de Padden savent être superbement pertinents pour mettre en valeur guitare, mandoline, piano, violon, violoncelle et autre clarinette. L’exercice de style aurait pu devenir indigeste avec les écueils mystico-celtico-médiévaux habituels il n’en est rien, Padden s’appropriant à merveilles un univers tellement balisé qu’il en est devenu glissant, pour en proposer un, finalement, totalement personnel. Une chose est sure : cet écossais d’adoption en a sous le kilt.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.