> Critiques > Labelisés



Force est de constater que la presse anglaise est très forte pour nous vendre leurs produits. A chaque mois qui passe la relève est assurée, et on annonce le meilleur groupe du monde à grands renforts de références où les Beatles prennent souvent une place de choix. On a assisté ces derniers mois à quelques belles ascensions et certains noms sont encore sur nos lèvres et dans nos oreilles après un an, c’est ce qu’on appelle faire mieux qu’un succès d’estime. J’aurais tendance à dire que le rock va bien, et tout à notre bénéfice. Les nouveaux venus de ce mois sont les Hard-fi, qui dans le sillage des Kaiser Chiefs doivent faire aussi bien, voir mieux pour se démarquer et imposer sa marque dans un univers musical plus que saturé. Je n’aurai pas à être vache cette fois-ci car j’ai adoré cet album et je pèse mes mots. Si Kaisier Chiefs avait apporté un vent de fraîcheur et des hits en vrac, les Hard-fi le font avec plus de finesse, moins tapageur et sans doute plus efficaces. Si on dissèque le groupe, on retrouvera des restes de blur digéré mais identifiables, un bout de gorillaz première mouture, des traces de bloc party aux commissures des guitares, et un mini drapeau anglais bien planté près du cœur ! Avec un hit comme Cash Machine, un hard to beat ravageur, le très fédérateur Middle eastern Holiday, et surtout la perle absolue, Move on now qui m’a laissé, je l’avoue, sans voix. Une ballade comme on aimerait en entendre plus souvent. Bien entendu tout avis est personnel, mais je n’irai pas par quatre chemins, ce groupe vaut le détour, sais pas si c’est le groupe de l’année mais du mois certainement, en attendant la relève qui ne saurait tarder.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.