> Critiques > Labellisés



Ce quatrième album du duo Belge La Jungle est la suite du clip de Fatboy Slim,« The Rockafeller Skank » . Là où l’ex Housemartins s’arrêtait, le duo reprend le flambeau, quittant le chapitre de la déformation des corps, non pas pour une danse macabre, mais pour la dernière balise avant la perdition, le chant du cygne de la civilisation dans une énorme fiesta.

Pendant celle-ci, le matraquage est la drogue, la répétition et les irradiations noise rock comme les derniers soubresauts avant le trépas. N’usant jamais de la fragilité de peur de casser les structures même des morceaux, le duo endurcit même la charpente, consolidant les points où les vibrations peuvent lézarder l’ensemble. Cette chute est vertigineuse (l’écoute de « The End The Score » en est un hymne décontracté et nerveux.), mais « Fall Off The Apex » est une bourrasque ininterrompue qui arriverait du fond du précipice, nous maintenant par pallier comme dans une énorme soufflerie dans laquelle nous serions tombés, transformant nos corps en une pauvre feuille détachée de sa branche, mais ne touchant pas le sol sous l’emprise des vents et des brises.

Le duo belge ne joue pas aux menteurs (Liars) en nous criant et matraquant une vérité indéfectible. Nous allons tous crever et cela pourrait arriver plus vite que prévu. Il le fait avec une énergie jamais chiche, toujours mesurée tentant de gagner du temps. Et pendant ce temps-là, les vaches ne regardent plus les trains, mais le monde tomber. Addiction pour mieux aborder l’apocalypse.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.