> Critiques > Autoproduits


  • 1er septembre 2020 /
    Bingo Club
    “Younger Than Yesterday” (Site)

    rédigé par gdo
      notez cet album


J’étais allongé sur un transat en attendant que le soleil se couche pour que la nuit commence enfin et que mon corps se décide à faire autre chose que de simplement engager une rotation pour éviter une courbature ou des fourmillements dans une jambe ou un bras. Il faisait chaud, je savais que je n’avais pas trop d’énergie pour bouger. Il me fallait de la souplesse dans un confort ouaté, une ballade dans un univers lunaire sur « Younger Than Yesterday » on se prête à rêver de danser sur la Lune à peine foulée par Wallace et Gromit (Shallow). Il y a cet esprit de quasi-fatigue, la nonchalance comme un art de vivre, une rencontre improbable entre Leonard Cohen et l’inventeur de la loupe ralentie pour les retransmissions sportives. Et de sport, il en sera question avec ce Bingo Club, le physique à la rude épreuve du saut en apesanteur, les muscles inutiles, juste une concentration relative pour attraper le signal pour le maintien sur une orbite sur laquelle nous espérons nous croiser à un moment. Le réveil gainsbourien d’un duo non loin de celui de Bedos et Sophie Daumier (Call Center) est une surprise de taille, presque un atterrissage tout en douceur avec dérapage contrôlé car exécuté à petite vitesse, car le talent de Bingo Club est de laisser le temps filer à côté de lui, entamant une révolution à son rythme.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.