> Critiques > Labelisés



L’expérience consistant à redonner vie à ce brave Jim Morrison (il y a quelqu’un dans la salle !), pouvait paraître incongrue voir cataclysmique (jurassik park le retour). Et puis à l’écoute de ce sunset, force est de constater qu’heureusement que la voix de Jim sauve ce devoir de lendemain terminé en fin de nuit. Norman Cook certainement subjugué par la voix de Jim sur ce poème (arrêtez de tousser s’il vous plait), a préféré laisser faire la machine. Si l’inédit my game rallonge la sauce du premier album de Fatboy Slim, le remix de Darren Emerson plonge dans l’acide le seul intérêt de sunset, pour faire naître la catastrophe aérienne la plus ridicule de l’année, celle d’un avion sans aile. Très dispensable.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.