> Critiques



Il y a des rencontres qui semblent s’imposer pour répondre à l’histoire. Alors qu’aux États-Unis les relents les plus abjects d’un retour à une forme d’apartheid et à une Amérique blanche et Trumpisée semblent resurgir avec une force inquiétante, un musicien folk américain, Adam Hocker, et un musicien français venant du post punk, connu pour ses travaux de productions (sur ADA nous avions salué la production de l’album fantastique d’Aetherlone) Jean-Charles Versari ouvre leur album avec « Abolition Rag », ou comment la culture répond toujours par l’intelligence et la beauté à l’aigreur la saleté et la connerie. Disque autant inspiré des grandes œuvres de la littérature américaine que des pensées les plus noires, « Abolition » nous plonge dans les méandres d’un rock aussi inquiétant que fureteur (Thrill) allant du post rock le plus rêche au plus voluptueux, aux tentatives désespérées de Nick Cave de trouver la rédemption. Il y a dans ce disque le parfum du souffre intime, les braises rougies des colères, mais aussi le souffle salvateur (Orion) celui qui purifie tout ce qu’il recouvre. Un disque pour croire encore aux rencontres et à l’explosion des murs. Émouvant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.