> Critiques > Labelisés



Sans tomber dans la philosophie de fin de banquet chez un ancien ministre, l’art de remixer n’est-il pas celui d’un eugénisme naissant l’envie de prendre la création d’un autre pour en faire sienne et tout modeler en une image unique. Mais là nous parlons des remixeurs de profession, les adeptes de l’ajout de rythmique au détriment souvent de la chanson, mais pas de Four Tet et de son goût pour les enluminures de bidonvilles. Pas de luxuriant dans le casting car si on excepte Radiohead et Bloc Party c’est l’International de l’underground qui se bouscule ici de his name is alive à madvillian en passant par le toujours impeccable rothko. Plutôt que d’accélérer ou de ralentir, plutôt que de prendre ce job par-dessus la jambe, Four Tet pose partout touche, donnant à cette compilation une unité aussi difficile à produire que dans les rangs d’un parti politique. Remixes, ou comment découvrir l’univers de Four Tet par l’entremise des autres.




 autres albums


 interviews


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.