> Critiques > Labelisés



Your blues, ce nouvel album de destroyer n’a rien de commun avec son époque. Bejar loquace comme à son habitude, plonge sans facilité, reprenant à son compte les figures des plongeurs olympiques, faisant même du panache de son entrée dans l’eau un supplément à sa figure. Tout au long de your blues, on se prend à rêver de voler en compagnie de Bejar, saluant tout le monde (mad foxes). Your blues est en fait un grand livre que frank black (la comparaison peut paraître incongrue) aurait préféré laisser dans le tiroir de sa table de nuit, préférant aller plus vite quitte à laisser de coté ses rêveries. Là où Frank black ramassent au maximum ses compositions, Daniel Bejar lui accompagne ses idées d’un feu d’artifice et préfère les oscillations lentes au passage en force. Your blues approche même la perfection quand il garde un pied dans le jour et un autre dans la nuit au même instant (what road).Ne jamais oublier que dans grandiloquent il y a grand. Your blues est grandiloquent.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.