> Critiques > Labelisés



Les économistes des années 90 vous le diront, la crise est derrière nous, le nouveau Moby est arrivé. Mettez les théorie de Keynes à la poubelle, revoyez vos positions sur l’offre et la demande, car un des facteurs de la consommation des ménages vient de se réanimer. Ironie de l’histoire celui ci est un pourfendeur de la surconsommation, mais il aura, pendant quelques années, alimenté avec une frénésie quasi irrationnelle, les pages de publicité. Sa musique, devait servir d’alimentation à nos capteurs du désir d’achat. Alors Moby n’a pas changé de style, mais à changé de méthode. Enregistré comme on enregistrerait un album Punk à la maison entre copains, Moby a écrit, produit et réalisé « Wait For Me », chez lui dans son home studio, avec à sa disposition une collection de vieux disque de jazz ou de blues, lui servant d’appât, comme Manu Chao peut lui utiliser les « bling » tout droit sorties du « Sens De La Vie » des Monty Python. En baladant son petit bonhomme, sorte de Droopy perdu dans un monde austère et contrarié, Moby prend bien soin de lui laisser entre les mains une corde, un fil d’Ariane que notre New Yorkais usera jusqu’à la dernière lanière (Study War). Très pessimiste, Moby se prend à rêver d’un nouveau 2001, d’une nouvelle Odyssée, se désaltérant au Korova d’un Moloko (Walk With Me), allant chercher une vraie réponse à toutes les ambigüités du monde, et bien évidemment de la sienne. Si demain nous devions prendre nos valises pour aller sur la montagne, alors que la fin du monde pointerait son nez, nous attendrions Moby, car en dépits de maladresse qui peuvent autant nous agacer qu’un cheveux sur la soupe, il serait évident que son honnêteté et sa relative clairvoyance, ne pourrait pas faire de mal à une terre vierge….de publicitaire. Retour réussi.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.