> Critiques > Labelisés



Pour ses cinquante ans, Green Gartside s’est offert du pain blanc, une bière noire et un joli disque. Passé par tout les styles et les états, Scritti Politti s’était fait oublié de nos services depuis Cupid And Psyche. La discographie s’était certes allongée, mais la distance avec celle-ci faisait de la distance entre Brian Molko et le talent une aimable ballade. Si on parlait pas mal de ses d’accointances certaines avec Robert Wyatt, c’est ici avec un mort célèbre que Green partage les points de convergences. L’ombre d’Eliot Smith plane ici avec une force telle que le disque en est bizarrement lumineux enjoué. Toujours empreinte de politique (on ne prend pas comme référence les écrits de Gramsci que pour faire joli) avec le pamphlet pétro-coca-dollar la musique de Green s’approche ici à la fois du repos du guerrier mais aussi de la sagesse du passager perpétuel qui pose son sac définitivement. White Bread Black Beer ne joue pas seulement sur les contrastes, il est aussi là pour savoir que la vie est aussi possible après le désert. Joli retour.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.