> Critiques > Labelisés



Dans la multitude de logiciels qui se vendent, il y a un qui émerveille souvent. Cet atlas vivant permet de survoler un territoire d’un point à un autre. Le plaisir aurait été total si les concepteurs avaient pensé à y inclure une musique. Mais auraient ils trouvé de quoi faire. Avec Virga la lacune est comblée. Véritable fuite en avant dans un désert de métal et de glace, Virga aligne des horizons multiples, obligeant l’auditeur à un voyage perpétuel. Paysage glacial qui se répond ; Antarctique est un vent violent et perturbateur qui se répondra par la suite. Une inquiétante visite au milieu de nulle part, du quel un écho de fantôme arrive. Une inquiétude naissante comme sur Stakhanov, au rythme lourd et martial, déluré par un gimmick " jazzy ". Un trip hop plombé de l’intérieur mais à la finesse du ciselage. Comme le survol d’un village joyeux d’après pilonnage, car derrière tout cela, reste la lumière et la joie, l’utilité de jouer avec son corps. Alter Ego, trans étourdissante et malade défoulera l’être de façon hypnotique et cassante. Impressionnante mise en perspective du tribalisme de cette musique. Vite le voyage reprendra (steinbock) au-dessus d’une plage métallique à l’horizon lointain suscitant le désir d’y voir plus. C’est une longue dérivation tectonique dont les fragments ne s’isolent jamais du reste. N’en reste pas moins l’inquiétude que ce long survol ne se termine par un crash apocalyptique, crash rendu impossible car sur (Enimia) des ailes nous sont poussées, singeant l’albatros sans la moindre plumes. Le retour à la civilisation (Marneffe) se fera alors dans la douleur d’une route, nous rappelant qu ’en bas de voitures et des hommes vivent, s’accordant que rarement le droit de rêver d’absolu et au grand frisson du vide. Alors la nature et l’eau auront beau essayer de reprendre le dessus, en bas la cause est entendue, la fin est proche, et sa seule échappée c’est son spectacle spectral du haut des cimes. L’explosion n’en sera que plus libératrice, en bas on rase gratis. Chez Virga on a depuis longtemps quitté ce monde, alimentant des désirs intérieurs par un survol les yeux fermés. Un atlas de rêve.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.