> Critiques > Labelisés



Le NME recensait récemment les rumeurs qui coururent avant la sortie de Show Your Bones, dernier et très réussi album des Yeah Yeah Yeahs. Parmi celles-ci : la tournée qui suivit la sortie de Fever To Tell leur aurait presque coûté la vie ; la chanteuse aurait pris ses nippes à la Véronique et Davina, sa coupe à la Mireille Matthieu et se serait tirée pour vivre une Modern Romance avec le tout Hollywood ; on pourrait considérer Show Your Bones comme une longue lettre de rupture amoureuse rédigée par Karen O ; les Yeah Yeah Yeahs aurait composé l’album de l’année. Deux de ces rumeurs tiennent désormais du fait. Ce deuxième long format laisse bien apparaître les os mais plus encore le neo-cortex siège des souvenirs ici pénibles. La New-Yorkaise a chialé, ça s’entend. L’explicite Cheated Hearts par exemple n’autorise aucun doute : " Cheated by the opposite of love " chante ainsi Karen " abandonnique " O dans les premières secondes d’un titre au refrain thérapeutique emmené par une guitare au cœur gros. Show Your Bones, en outre, s’avance gentiment comme l’un des albums américains qui compteront en 2006. Tout y concourt. L’admirable single " Gold Lion ", sa rythmique nonchalante, l’intrication des motifs de clavier et de guitare forte en gueule ; la tristesse sourde de " Way Out " merveille de pop désabusée ; l’enflammé " Phenomena " ou le poignant et enlevé " Turn Into ", sa mélodie en mitose et le chant presque plaintif de Karen O. Remarquable.

Polydor




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.