> Critiques > Autoproduits


  • 26 mars 2019 /
    Ideomotor
    “In And Out Of Time” (Site)

    rédigé par gdo
    5 votes
      (10/10 - 5 votes) notez cet album


J’ai d’abord eu une hallucination, j’ai cru recevoir le nouvel album de M, qui aussi sympathique soit il me bouleverse autant que les écrits d’Amélie Nothomb sur la renaissance au Japon dans les milieux de l’ophtalmologie naissante. Cette sorte de M façon Buren est probablement celui de Ideomotor, à moins qu’il ne soit un clin d’œil aux cônes que portaient les Pet Shop Boys sur le clip de « We’re the Pet Shop Boys », mais je m’éloigne de la musique, mais pas tant que cela finalement.

Car la musique d’Idéomotor est une résurgence d’une électro indie, ou d’une musique indépendante qui comptait s’éloigner de l’after punk, mais fricotait avec la froideur des machines. Les morceaux de l’album tout en étant dépourvu d’une quelconque velléité plagiaire, sait introduire ce que nous pourrions appeler des clins d’œil, des virgules, rappelant d’où venait cette musique ( Kraftwerk sur « Interference », le Massive Attack de " Mezzanine " sur " Hummer ").

Alors que l’album s’ouvre sur une chanson ouvertement produite pour une consommation de masse (Hold On) il plonge le temps d’un triptyque qui nous mènera d’une autoroute que n’aurait pas renié le Talk Talk de « Party’s Over » (Seven Days) dans des atmosphères plus noires.

Il faudra l’arrivée d’un « Do It Again » très boules à facette pour remettre de la lumière, mais aussi pour nous inquiéter, car tout ne semble pas si joyeux, et sous les dorures factices se cachent quelque chose de plus crispant, de presque inquiétant, comme peuvent l’être les gamins quand leurs rires se rapprochent plus de celui de Nicholson dans "Shining" que de celui plus rassurant face à un dessin animé. Dans « In And Out Of Time » nous sommes malmenés, car jamais au même endroit, toujours sur le qui vive de peur de nous laisser avoir par une approche pas totalement irréprochable. Sur un fil nous avançons donc, dans un disque dont les mystères ne se percent qu’à tâtons, comme quand nous avançons face à ce qui pourrait être une hallucination. Pop étrange.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.