> Critiques > Autoproduits



Les phrases d’accroches des feuilles de presse sont parfois surfaites, donnant souvent à celles-ci des allures de pré campagne publicitaire à l’attention des chroniqueurs que nous sommes, mais je dois dire que celle des Toxic Sonic touche là où il faut, c’est à dire le manque d’inspiration de votre serviteur. « ce que kiss auraient fait subir au disco s’ils étaient appelés The ramones » !!! Après une bonne dose de concentration vous pourrez sans peine visualiser, et si ce n’est pas le cas jetez vous sur les deux premiers single du groupe. Le premier « can’t stand xmas » en version bilingue est une ode à ce qui vous attend pour la fin d’année, une ode cynique qui donne à Noël des allures de mauvaise bière, une sensation de l’enfer sur terre, un enfer peuplé de mongoliens accompagnant Michel Fugain. Sur le second on retiendra la reprise de « fucki’ town » de Lipps inc, titres ici bastonnés à grands coups de doc marteens pour notre plus grand plaisir. Une bonne dose de dérision, servie par un punk rock teinté de hard plutôt plus agréable qu’un repas de famille à attendre un alcoolique en rouge et blanc avec une barbe.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.