> Critiques > Autoproduits


  • 4 janvier 2008 /
    Grumpf Quartet
    “L’appel de la forêt”

    rédigé par Will
    11 votes
      (6/10 - 11 votes) notez cet album


Mr Bungle, Radiohead, Cheval de Frise, Stravinsky, Meshuggah, Primus, J.Zorn, Refused, Phantomsmasher, Mingus, Shellac, PAK, Bartok, The Dillinger Escape Plan, Zu, The Mars Volta, Brad Mehldau...et FuliCuli ! Voilà ce qu’avoue, au niveau influences, ce trio qui prétend sonner comme un " cri de macaque fou traduit en musique par un robot du futur obsessionnel ". Il est vrai qu’on n’en est pas loin, mais ce qu’il faut comprendre avant toute chose, c’est que les frères Larralde et Laurent Toulouse proposent une musique qui, si elle évoque les groupes précités, est entièrement et délibérément personnelle. On y trouve, entre autres et brassés avec adresse, l’atmosphère post-rock d’un Sincabeza, l’impulsivité d’un Fugazi et les structures complexes et prenantes d’un Chevreuil, pour résumer, sans toutefois pouvoir décrire de façon précise, et c’est tant mieux, la recette de ces talentueux musiciens. Les trois morceaux présents sur ce disque désorientent, partent dans tous les sens sans jamais perdre leur cohérence, caressent pour mieux cogner l’instant d’après ou inversement (la fin du superbe premier morceau " Shaka "), et au final, passé cette période d’adaptation à un style légèrement astreignant, captivent par la variété et le parfait enchaînement des atmosphères imposées. " Ishikata ajime ", le second morceau, illustre bien cette démarche, en passant de la quiétude à des plages nettement plus appuyées, de climats presque jazzy à des plans plus noise, tout en réussissant à retenir l’attention de l’auditeur à chaque instant dans le sens ou celui-ci comprend qu’avec ce groupe, il se passe des choses, originales et singulières. Comme par exemple, l’apparition surprise d’une voix déjantée sur la fin du titre, qui vient ajouter à l’intérêt d’un morceau déjà convaincant. On vit là une expérience unique, emprisonné par la trame sonore dressée par Grumpf Quartet, que " For the ladies " achève avec maestria après la seconde apparition de voix en parfaite adéquation avec l’esprit à la fois fantaisiste, instinctif et parfaitement maîtrisé du groupe. Un grand espoir, sans aucun doute, extrêmement talentueux et producteur d’une musique non seulement passionnante, mais qui de plus a le mérite de sortir des sentiers battus. Excellent.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.