> Critiques > Labelisés



Afin de ne pas paniquer face à la mort, on nous parle souvent de l’âme et de son immortalité. Puis cette idée assimilée elle nous panique encore plus, nous serions entourées d’âmes, même celle des plus grandes ordures que la terre a bien voulue porter la pauvre. Alors on se fait son propre jugement et on prend l’âme comme l’échappatoire au vis de forme, l’âme comme révélateur de la probité d’une personne. Little red et Spide ont certainement plus d’âme que n’importe quel suiveur de will oldham pour signer avec little red says hi le bijou indispensable pour mélancolique en mal de disque profond, la mine d’or des amateurs de douceur flottante, de bulle de savon au plus prêt de la peau, ou des yeux, histoire de rajouter de l’humidité à des yeux déjà emplies de larmes. Simple et radical, ce cd enregistré à deux voix, little red says hi ne réclame rien à son auditeur, car l’attention il l’a capterait même sous un déferlement de bombes. En discutant Little red et Spide ne réduit pas le cercle mais nous entraîne dans des jeux que peu de musiciens peuvent nous proposer. Avec Where id my love ? j’ai touché du doigt la douleur, avec pop onion’s song j’ai touché de la langue le décalage, avec i found a guitar j’ai touché la perfection avec little red says hi j’ai touché une âme. Chef d’oeuvre.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.