> Critiques > Autoproduits



Mosa est loin du rock, plus proche de l’atmosphérique avec l’intensité des attributs du rock que baratineur et crâneur en cuir noir. Mosa ne dit rien beaucoup en peu de mots, empruntés pour certains à un Michniak dans la matrice du programme, un couteau entre les dents la rage comme unique moteur. Des chiffres, des murs sonores dévalant les pentes de pan american, une propension à nous foutre la trouille avec une simple illustration sonore, Mosa ne passe pas inaperçu dans la masse de musique journalière que je m’inflige parfois, il imprime sa marque comme Nicholson imprimé ses pas sur la neige tombant sur son labyrinthe final, avec le même résultat celui de nous perdre. Qu’il est bon de ne pas retrouver son chemin parfois. Une lumière subtile balise votre chemin du non retour.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.