> Critiques > Labelisés



Nous ne connaissons pas grand-chose de Tibo, arrivé ici par une connexion que nous ne vous dévoilerons pas, affaire clairstream oblige on garde nos sources. Nous ne connaissons tellement peu de chose que nous avons failli le confondre, nous demandant si le nouvel Arman Melies avait laissé son graphisme à la Jules Vernes dans les placards. Ensuite nous pensions qu’Alain Chamfort toujours en lutte contre les maisons de disques distribuait son album en cdr pour des questions à la fois d’économie mais aussi pour vivre avec son temps (5). Sortant sur le label le bon label, il me taraudait l’esprit de chercher la brute et le truand. Le truand ce devait être moi qui allonge cette chronique étant payé aux signes, la brute elle pourrait bien aller se coucher ou aller voir ailleurs car dans les pas perdus le désordre serait malvenu. Album aux arrangements subtils (4) ce premier opus de Tibo se place entre la chanson française dont nous n’avons plus honte et la variété estimable de certaine chevelure grisâtre. Après ces lignes vous ne connaissez pas plus Tibo….Espérons juste que cela vous donnera envie de l’écouter….En tous cas je vous y invite.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.