> Critiques > Labelisés



Lorsqu’il ne s’emploie pas à évoquer tel ou tel album dans les colonnes de Pitchfork avec ce style si particulier, Matt LeMay emmène le groupe Get Him Eat Him pour lequel il compose avec ce style si…particulier. On serait en effet bien en peine de trouver autre qualificatif pour désigner cette effervescence, cette nervosité jubilatoire indie rock fichée sur bandes. Geography Cones tient ainsi du joli foutoir pourtant savamment organisé : quelques claviers frénétiques casés ici, bien en piles au- dessus des guitares pour agités du bocal posées là. Un rangement précaire selon un plan DIY choisi justement pour le désordre qu’il ne manquera pas de provoquer. Fatalement donc, tout se casse la margoulette et tout se reconstruit plusieurs fois à l’échelle d’un même morceau. Une tension annonciatrice d’une rupture consentie et qui habite chacun des douze titres du premier effort de ce quintette autrefois basé à Rhode Island. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs quand le phrasé saccadé de LeMay tire d’un côté des titres déjà bricolés alors que les guitares parkinsoniennes épaulées par une rythmique pour danse de Saint-Guy tordent ces mêmes morceaux dans l’autre sens ? La plage quatre est à ce titre très emblématique. D’abord parce qu’elle se nomme de manière évocatrice " Not Not Nervous ", ensuite parce qu’elle offre un peu plus de trois minutes de faux départs sonores et de lutte mélodique contre toute espèce de schéma préétabli. Cette application à rompre l’organisé honore Get Him Eat Him sur les morceaux les plus charpentés (" One Word ", " Mumble Mumble ", " Shirt Like A Couch ") mais peut également perdre un auditeur qui souhaiterait parfois que sa tête cesse de tourner (" Bad Thoughts " et son chant de lutin à personnalité pathologique notamment). Un album épatant néanmoins.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.