> Critiques > Autoproduits


  • 24 septembre 2020 /
    Damien
    “Satan & Eve” (Site)

    rédigé par gdo
    3 votes
      (10/10 - 3 votes) notez cet album


Comme l’un des secrets les mieux gardés de la pop d’ici Damien n’avait pas donné de nouvelle depuis presque 10 ans, laissant pendant ce temps Katerine occuper le terrain et Arnaud Fleurent Didier nous laisser orphelin. C’était probablement qu’il préparait ce disque que nous pourrions ranger dans la catégorie « disque concept », se plongeant dans certains albums de Gainsbourg, relisant « La Possibilité d’une île » le tout en prenant assez de recul pour regarder froidement le monde actuel. En lisière de plusieurs degrés de lecture possible, Damien décortique l’époque, se transformant en Damien le Robot dans la position du Woody Allen de Woody et les Robots, face au progrès et à la futilité de celui-ci. Jouant avec les mots et les sons, Damien utilise une basse vintage, un son daté pour des compositions soignés et profondes. Car derrière le décalage se cache un musicien hors pair, envoyant Tellier dans une EPHAD, tel le diablotin qu’il est avec sa « Queue de Cheval » et sa remise à niveau. Ce disque est comme un testament pour les générations futures, une atomisation à son extrême de l’épreuve qu’est cette société contemporaine, même quand elle parvient à nous sortir de l’enfer par le biais d’une science elle-même parfois déviante. Tout ce qui nous semble factice mais tendance actuellement, Damien nous les projète en pleine face, nous suggérant de peut être baisser le pied, car comme il est dit, l’album est « De connivence avec vos lointains descendants », et que si nous nous pâmons sur les siècles passés, le regard dans les siècles futurs sur notre mode de vie ne pourra que mener au dégoût. Sans y toucher Damien poste une lettre dans l’espace-temps, nous mettant en garde devant la vacuité de nos existences, sans la tourner en ridicule, juste en mettant de la lumière là où nous préférerions ne pas voir un miroir. Pas un hasard si l’album se termine par «  Hiérarchie », celle qui nous commande, et celle que nous oublions de faire mettant tout sur le même niveau. « Satan & Eve » une mise en garde futuriste soignée, une discussion avec l’avenir via le prisme d’un diablotin.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.