> Critiques > Labelisés



Sont ils longs à la détente ? Sont ils timides ? Sont ils incapables de se vendre ? Sont ils aussi destructeur de leur propre bonheur comme peu l’être le « patron » d’un « célèbre » webzine qui a choisi Diabologum comme caution morale pour donner un nom à son webzine ? Ou sommes nous longs à la détente ? Enfin nous, je devrais dire vous, car nous « Cold Times » (je préfère d’ailleurs la version d’origine) nous vous la proposons depuis…..2007 le temps d’un volume 12, si si 2007, un deux, deux zéros et un sept. 6 ans que nous craquons pour ce groupe qui comme dirait Mickael Mottet (compagnon de Label des OMS) a ce don pour faire le petit pas de côté, pour ne pas tomber dans la mimétisme. Car je vous vois arriver avec vos gros sabots, ouais mais attends un disque comme cela même mon beau frère avec ses deux mois de guitare il te le fait. Déjà non, car ton beau frère avec deux mois de guitare il reprendra coldplay, et secundo si c’était si facile, si commun , cet album serait sorti il y a longtemps, hors, j’ai beau chercher un disque de folk machin, americana truc muche, je trouve pas. C’est même pas qu’ils sont français, non je sais pas, ils font le pas de côté, ils regardent leurs chansons, et ils jouent les bras allongés..Ben oui le pas de côté.

Produit par Kid Loco cela pourrait t’asseoir le premier gogo du coin, sauf qu’eux… rien, la dilettante. Je ne pense pas, plutôt….le pas de côté. Les chansons sont comme une planche de tapas que l’on te servirait avec un vin frais, une brise légère te rafraîchirait la nuque, et tu serais en face d’une jeune fille a qui tu n’oserais pas encore dévoilée tes plans pour le futur, et du coup cela mettrait du temps…et tu en mangerais des tapas. Dans les chansons de Old Mountain Station (nom de groupe improbable en passant, comme cela, en faisant…un pas de côté) on sent la tendresse infinie de celui qui ne jure que par l’approche chirurgicale, même si le mot est pour lui une grossièreté à ranger à côté de plan de carrière, gain, profit et mauvais gout. Non les OMS n’ont pas de barbe, je suis même pas persuadé qu’ils savent faire su skate. Par contre ils savent nous émouvoir, ils savent nous rendre joyeux comme un enfant qui découvrirait les grands espaces après une existence passé entre des tours et du béton.

Que ce soit dans l’écriture ou dans la production, il y a un « truc », quelque chose de frais sans que cela soit surfait. « New Song » pour ne parler que d’elle est l’exemple type, une chanson qui rebondit sans aller trop haut, qui gigote sans jamais se démettre une articulation, par contre le résultat est un sourire qui barre nos visages et une tête au grand air.

Attrapez vite ce disque, il se logera dans vos cœurs, ou pas loin….vous savez comme le petit pas de côté.