> Critiques > Labelisés



Un couple marche vers un horizon incertain. Ils viennent peut être de se marier, de quitter l’assistance, car des bruits idoines remplissent peut à peut l’espace dans ces temps de guerre ou les avions ne servent pas qu’au courrier du cœur. La bobine a la tête qui tourne, et fait tourner la tête pour une synergie parfaite. Le décor est planté, les magiciens sont en place c’est à eux de jouer. Two Stories High, ou comment rendre aux accidents le droit de vivre, ou comment unir (des mariés ?) synthétique et acoustique dans un même élan quasi héroïque. Quand Orden E Progresso est un blason chez les Auriverde il est un pan complet d’incertitude jubilatoire jusqu’en ses entrailles. Quand EK Copy germe c’est l’arbre de Talk Talk qui pousse dans un jardin imaginaire non loin de celui de Colin Greenwood. Quand Headphone signe Two Stories High c’est notre assise qui vacille et notre perception qui démissionne pour la spontanéité. Que va devenir ce couple. Peut être rien, peut être va-t-il se perdre sur une île à tortue ou s’aimer sous un tapis de bombe, son sort n’est pas le notre car nous avons aussi la notre d’histoire. Manset voyageait en solitaire….Headphone lui nous accompagne, mais avant tout pour nous perdre. Jubilatoire.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.