> Critiques > Labellisés



Des femmes ou des filles, l’art nous en aura proposées pas mal, qu’elles soient en blanc en noir. Marie Ulven elle est une fille en rouge. Elle nous arrive tout de droit de Norvège, où dans sa chambre elle s’est mise dans l’idée d’écrire des chansons pop, en parlant d’elle, et quelque part de parler de ses possibles auditeurs.

Le moindre que nous puissions dire est que l’échange est plus que productif si nous en jugeons par les concerts sold out et les tournées qui se profilent pour la jeune fille pour qui tout va très vite. Mais comment ne pas succomber à cette « Bedroom pop » quand on n’est pas à la recherche de l’émotion brut, du frisson, mais plutôt de la mélodie accrocheuse, de la savante alchimie entre ses compositions et l’ajout toujours bien senti de ce qui a fait le sel de l’indie pop des années 90.

Ce second EP qui avec le premier donnera naissance à une forme de premier album, tend vers une forme d’introspection (oui, au final, nous n’échapperons pas à la mort sur le nouveau single « I’ii Die Anyway ») et devrait installer rapidement Marie Ulven en haut des charts, revêtissant pour le coup une tunique jaune. Reste à savoir si elle pourra la garder sur la longueur. D’ici là, ne boudons pas ce plaisir qui est une good idea au final.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.