> Critiques > Labellisés



Je ne sais pas si ce sont les distances entre les lieux de naissance et des connexions musicales qui font que la musique de Pampa Folks, et surtout le chant, semble élastique, mais l’explication est peut-être à creuser dans les sauts d’un musicien arpentant le monde dans des bottes de sept lieux, chantant sans cesse pendant les montées.

Si les premières notes de la chanson « Golden Gates » suggérèrent une filiation à aller cherchez chez les géniaux Django Django, la suite nous enverra dans le delta du Mississippi, navigant sur le radeau du psychédélisme moderne, évitant esquifs, et tourbillon, pour naviguer avec tranquillité, en affrontant le danger de façon presque héroïque.

« Blind Silhouettes » elle semble sortir d’un grimoire oublié par un Cowboy dans un film dans lequel Dustin Hoffman reprendrait du service pour une suite improbable, mais géniale de "Little Big Man".

Arpenteurs des déserts, le groupe sait brouiller les pistes, enlever les marques de son passage, créant des fausses pistes, comme ce « Keep on Trying » qui irait trouver sa source sur les berges squattées de la Tamise.

Il est difficile de se prononcer sur le possible futur d’un groupe, mais à quoi bon s’en inquiéter quand le présent est aussi pertinent. À pas de géant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.