> Critiques > Labelisés



Ce matin j’épluchais le nouveau numéro des inrocks, celui qui tacle Jacques Tati pour faire plaisir à ripolin, et en bas de page je découvrais que Massive Attack sortait un best of très prochainement. Je consultais alors mon fichier des disques en retard me souvenant que je parlais dans des notes du duo ex trio de bristol comme inspirateur d’un disque. Ce disque c’est la base de EM city, groupe à géométrie variable (actuellement sept membres). Album roboratif s’il en est, Base parait être composé comme Mezzanine (toute proportion gardée) de découpage d’enregistrement continu, alors que d’autres pendant ce temps dorment. Electro fusionnelle ou dub rock, Base se ballade parfois dans les sables mouvants et collants (le tragique calling sense [remix]) ou sous des aurores plus que boréales (le fantastique love is a compromise) ou encore suivant les cours du soir d’Amon Tobin (nasty spiral). On regrettera la longueur Balzacienne d’un disque qui ferait bien de tamiser la lumière et de ne laisser ses fenêtres qu’entrouvertes. A suivre.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.