> Critiques > Labelisés



Pour nous les djeuns, les années soixante dix sont un immense trou noir. Des musiciens qui prenaient de la drogue, des gens en communauté, de l’expérimentation sous toutes ces formes…En fait rien n’a vraiment changé. C’est sûrement ce que croit The Secret Machines. Avec Now here is nowhere, ces trois jeunes gens jouent un rock psychédélique, avec des posters de Led Zeppelin accroché partout dans leur local de répéte. Now here is nowhere est très dense, avec une batterie très puissante, des loops de guitares, un peu comme si les Spacemen 3 avaient fait du rock. Pourtant ils essayent de véhiculer une image assez moderne, de part la voix, le son des guitares, quelques éléments électroniques et une production impeccable. Chaque morceau est construit de façon intelligente, et on sent qu’un gros travail a été fourni pour la grande qualité de leur son. Et Now here is nowhere est un excellent disque, qui vous fera taper du pied, sur l’énorme single Nowhere again, vous fera remettre vos platform boots sur le très moelleux Pharoah’s Daughter, et vous surprendra sur le très aérien et beau You are chains. Le titre éponyme résume à lui tout seul ce disque, à savoir une grosse batterie, un son très chaud, une énorme amplitude dans le son, et un morceau absolument génial. Ils seront bientôt beaux et riches. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.