> Critiques > Labelisés



La performance ne pouvait pas être laissée sous silence. Avoir un acronyme qui reprend à la fois le nom du groupe (Dinner At The Thompsons) et le nom de l’album (« Digital Audio Trip Together »). Les cruciverbistes et autres maniaques des jeux de mots pourront toujours essayer de relever le défi. Mais cette performance lexicale n’est pas l’unique intérêt de Lucille Tee (au chant) et du français FabLive pour tout le reste, sauf la batterie dévouée aux bras experts de Fili Flavor Pili. Sorti cet été, ce disque aurait du être chroniqué sur ADA depuis des lustres, sauf qu’en parfaits gougeas que nous pouvons être, nous nous sommes gardés ces chansons chaudes et dansantes pour nous, vous laissant avec les tubes usés jusqu’à la ficelle du string. Argument numéro un le chant est la voix de Lucille Tee. Celle ci peut se targuer de nous renvoyer à une Stina Nordestam moins froide (Pink & Grey) et la morceau d’après à la très sexy Rosine (chanteuse Moloko qui aura longtemps provoqué chez moi des émois difficiles à contenir). « Highway » en est l’exemple le plus frappant

Avec « Something About You » DATT réalise le tube évident à enchainer sur une piste de danse avec le dernier single de Daft Punk. La chanson qui enchaine la soul, la pop et la danse avec magie, et certainement un brin de filouterie (une filouterie évidente sur « To Get This », petite balle lumineuse qui rebondit en faisant de la lumière avant de se clamer pour un nouvel envol).

« You Know You Want This » sera lui le titre le plus improbable. Une basse énervée, une voix aux antipodes de Lucille Tee. Il y a quelque chose de presque érotique dans ce titre. C’est chaud et les soupirs n’arrangent rien à notre libido en ébullition. La seule façon de calmer cela sera non pas de se jeter dans une baignoire d’eau glacée, mais plutôt de se dépenser sur « Boom Party ». Un titre qui aurait pu s’échapper de chez James Murphy sauf qu’à la place du sucre James aurait mit des bonbons au poivre ou aurait demandé aux pandas de mettre de la folie

DATT nous quittera alors avec « I Can Hold On », titre crâneur à la Moloko que l’on écoutera dans une décapotable sous un soleil de plomb.

Alors je sais que pour vous, la lecture de cette chronique se fera sous la pluie, les première température mono nombre, et bien il est peut être temps de mettre de la chaleur dans votre vie de tout les jours, de la Dopamine Avec Température Torride.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.