> Interviews



Nouvelle rubrique sur A Découvrir Absolument. Nous demandons à des musiciens un petit texte sur un objet musical qu’ils aiment utiliser. La rubrique ne s’adresse pas qu’aux spécialistes, donc le champ est large : ça peut aller d’un appareil technique préféré à un accessoire toujours présent quand ils enregistrent une chanson ou dans un contexte musical, en passant bien sûr par un instrument, objet fétiche, etc.

Le papier A4 sur la caisse claire

Depuis 1987 je joue de la batterie et il m’a semblé remarquer un immense fétichisme autour de cet instrument. Pour ma part, j’ai moi aussi eu des chocs sur le son de certaines batteries. Je me souviens de la caisse claire du batteur des Recyclers lorsque ces derniers accompagnaient Katerine, ou encore de la grosse caisse de House of Love en concert, les futs de Cerrone, la cymbale ride de Cure dans 17 seconds, les pads des Stranglers de "Feline" ou le son de batterie de "abbey road" ou "hunky dory". Mais lorsqu’il a fallu reproduire ces sons, ça n’a pas été de tout repos. Pourtant j’ai eu une intuition en 1995 après avoir joué sur des batteries Sonor, Mappex, Yamaha, Pearl. Et si le batteur faisait une grande partie de la qualité sonore ? Ce jour là je me suis dit que je devrais régler ma batterie toujours de la même manière, qu’importe le modèle ou les micros. Mon prof de batterie m’avait déjà conseillé de ne pas surestimer le matériel et de jouer autant en gaucher qu’en droitier pour faire face à toutes les situations. Mon prof était un pianiste de jazz et oui, dans le jazz le jeu compte plus que le matériel, l’attitude ou le répertoire.

Je me suis alors rendu compte que ma priorité était le son de caisse claire. Il lui fallait du grave et un rebond sec. J’ai essayé le cercle en plastoc dont je ne sais même pas le nom vu que j’en ai horreur et j’ai trouvé qu’il étouffait l’harmonique alors que je voulais étouffer la frappe. J’ai essayé les sourdines de merde sur les cotés de la caisse et c’était à mon avis totalement hors sujet. Il fallait étouffer le milieu et pas les cotés. Après de longues recherches j’en suis venu à la conclusion qu’un papier A4 tout simple scotché par deux fois était idéal. Il écrase le son au centre et laisse quelques harmoniques se libérer par les cotés de la caisse claire, vu qu’un rectangle rentre mal dans un rond. J’ai gardé ma technique sur chacun de mes disques et au fur et à mesure de mes enregistrements on m’a demandé comment je faisais pour obtenir toujours le même son de caisse claire. Un papier A4. Voilà l’astuce et je jure qu’elle est idéale. Récemment les Natas Loves You m’ont piqué le truc depuis que j’ai fait des remplacements batterie chez eux. J’ai aussi fait des batteries pour Cléa Vincent avec mon papier A4 il y’a quelques mois et tous mes disques solo. Ainsi que ceux de Lemon Curd dans les 90 ́s et d’autres. Il est la garantie confortable de toujours entendre sonner sa frappe de la même façon, qu’importe la caisse claire.



 chroniques


 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.