> Critiques > Labelisés



Allez savoir pourquoi on ne s’était toujours pas attaqué à la chronique de Joined Something Unjoined, dont l’un des titres, See My Boat figurait sur le volume 27 des compilations ADA. On sera donc presque les derniers à dire que cet album est merveilleux ! Un sentiment de paix y règne, à rebours de quelques albums bouleversants écoutés récemment. Un album qui se laisse aimer sans vous prendre à la gorge. Un album qui vous laisse tranquille, qui vous caresse dans le sens du poil. Une escapade dans un univers aux charmes simples et accessibles. Ce répit fait parfois du bien !

C’est aussi une musique de l’entre-deux, presque pastel, une musique des rêves, tout sauf réelle. Une musique hypnotique, un quasi conte pour adultes, Rozi Plain en charmeuse de ces matins embrumés. Sa voix, si féminine, presque enfantine, se précipite parfois, comme si elle s’était déjà affranchie du présent. Guitares et claviers se font entendre, en roue libre, pris par le rythme incantatoire insufflé par le chant. Et cette fraîcheur estivale qui s’échappe de terre et dont les effluves nous font prendre l’air à pleins poumons, goûtant ce plaisir étrange de s’abandonner à une inconnue. C’est par les pores de la peau que cette musique entre en nous, irriguant notre corps, non en provoquant blessures et traumatismes, mais en inoculant une langueur délicieuse. En plein cœur de l’album, Take it est peut-être le morceau le plus abouti, en rupture, un peu bancal, et entêtant. Il commence par cette guitare qui sonne presque comme du Fahey. Et ces « Stop, stop, stop, stop » comme pour marquer cette différence, s’affranchir des attendus, tisser des passerelles vers de nouveaux imaginaires. A l’image des chœurs un peu fous de See My Boat, Take it est ce léger grain de sable indispensable à l’équilibre de cet ensemble par ailleurs presque trop parfait.

Tout ce temps pour découvrir cet album enfin mis au clair : il n’est que le reflet d’une lente acclimatation à l’altérité. Assurément une cure parfaite pour une mise en repos des nerfs, pour une transition en douceur vers de nouvelles effusions.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.