> Critiques > Labelisés



Voilà le premier album d’Alone With King Kong, "The hardest step". Après un EP qui avait scotché pas mal de monde, voici la nouvelle étape, la nouvelle marche. Et d’emblée on peut dire qu’avec ce disque, il s’agit de la première marche du podium. Thomas continue son marathon avec un album d’une évidence sidérante. Il ne faut pas plus de 5 secondes pour être embarqué dans ce moment d’indie pop addictive, qui laisse un sourire aux lèvres et plein de bonne humeur dans le cœur. Onze titres, au son excellent, j’ai rarement entendu un son aussi bon et cohérent avec l’approche d’un projet. Bravo au studio l’usine et à son ingé son Fabien Pilard. Chaque titre retient l’attention, véritable voyage pop, bourré de référence, cultivant l’ambition et l’évidence. Ainsi, un auditeur distrait prendra un plaisir immense à siffloter les mélodies entêtantes qui remplissent ce disque, à taper du pied en rythme avec la joie communicative qui en émane. L’auditeur plus alerte sur les questions de son, le musicien aussi, focaliseront leur attention sur les détails, le travail pointilleux qui ne vient jamais empiéter le terrain du plaisir, grand vainqueur de l’étape. Pas un titre qui ne soit inférieur à un autre, car chacun explore à sa façon cet univers coloré, que ce soit le beau "No place for indians", le sautillant "That’s too bad"...Que du bon donc, pour une variété et une richesse au profit des mélodies. Oui on pensera aux Fab Four, on pensera parfois à Grandaddy, voire presque à certains hits de Supertramp si on pousse un peu loin, parfois à Sufjan Stevens dans cette façon de mettre en rythme certaines subtilités mélodiques. Les arrangements, qui représentent un travail impressionnant d’inventivité, ont aussi remporté le pari de la parcimonie. Rien n’est de trop, rien ne manque, que ce soit les claviers qui se promènent, le piano, les chœurs, le violon, glockenspiel, cuivres, les touches apportés par les featurings. Ces featurings qui ponctuent un peu plus cet album plein de reliefs, amenant cette touche d’éclectisme qui est le fer de lance du label Chez.Kito.kat, véritable petite communauté mue par la passion. Aussi nous y croiserons Komparce sur l’émouvant "two hearts Oneribcage" avec une belle montée en intensité, les faux ados de Twin Pricks (à écouter d’urgence) sur "The Hardest Step", relance parfaite en rythme, la voix de Thomas répondant à celle de Dr Geo. Suit "If somebody calls", quelques accords, une rythmique entraînante, une mélodie direct tatouée dans le cerveau...oui on tient un digne représentant de Macca en France. Voyez le clip délirant d’ailleurs. La voix est pour beaucoup dans la réussite du disque, car il faut le souligner, Thomas est un vrai chanteur, pas un type qui marmonne pour accompagner ses riffs. Non, sa voix a un timbre, du genre à faire tendre l’oreille aux plus hermétiques. On a aussi affaire à un songwriter, donnant encore plus de noblesse à sa pop. Les textes sont écrits de façon limpide, chacun avec une idée. Lisez par exemple "If somebody calls", excellent travail de rime, et texte pas si joyeux. Un bon moment de lecture donc, sans naïveté. Le packaging est sublime, marque de fabrique de Chez.Kito.Kat records. The hardest step est disponible en vinyle et en cd dans un magnifique fourreau cousu main, avec beau livret, et un artwork particulièrement soigné. Chapeau au photographe. Encore une fois, on nous prouve qu’il est possible de faire de l’indépendance une force qui libère la musique. L’artisanat moins cher que l’industrie, comble de la modernité. Peut être que la voilà cette marche difficile à franchir, ouvrir les yeux sur cette face de la scène hexagonale qui ne s’est pas encore posé la question de la rentabilité, et avance avec la seule ambition de laisser ses artistes s’exprimer. Ces derniers n’ont aussi qu’une ambition, vous faire passer un bon moment, et quand il s’agit d’Alone With King Kong, c’est de vous faire taper dans les mains, vous rendre un peu plus heureux, vous rappeler ce que "pop" veut dire. Un artiste à découvrir en concert aussi, chacune de ses apparitions ayant son lot de surprises.

Barclau




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.