> Critiques > Labelisés



Alors que l’année se terminait il était temps d’offrir à celle ci un enterrement en première classe, avec un "Dance At My Funeral" qui pourrait voir les fantômes de Wham et de Georges Mickael venir hanter nos dance floor. Piochant son inspiration dans les années 80 du plastique fantastique et du fluocaryl comme pâte à dessiner, Teron Beal nous offre une distraction macabre en deux temps, son "Dance At My Fineral" étant suivi par "Break My Fall", titre que Kurt Cobain aurait laisser mourir dans un caniveau, et qui serait arrivé en lambeau et transit de froid. Avec sa tête de rappeur qui aurait croisé la lumière, Teron Beal explore un côté obscur avec l’envie de ne pas laisser la déprime s’installer.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.