> Critiques > Autoproduits



Si le duo se présentait à nous au milieu d’un champ de blé, c’est que la nature n’a pas son pareil pour éveiller les consciences et les envies de s’aventurer. Originaire de Besançon le duo My Lady’s House semble écrire des chansons en marchant, bougeant le haut du corps, dodelinant de la tête, et croisant d’un regard à la fois tendre et mélancolique des gens qui semblent happés par le temps. Guillaume Gérard et Simon Grangereau se promènent sur la tradition du folk comme des oiseaux sur un fil à linge, avec une précaution telle qu’ils sont comme des funambules. On pourrait sans cesse écouter ces invitations à la veillée qui nous raméne à la tradition orale, loin de la stylisation castratrice de Cocoon, avec même un œil vers les Beatles (Before The Rain (pop version)). Une ferme accueillante, loin de tout, car au final My Lady ‘s House viendra vers vous. A suivre absolument.