> Critiques > Labelisés



Martin Angor commence par nous dire qu’il est rigolo, avec cette voix d’un Daho qui n’aurait pas eu une coqueluche étant enfant, et qui aurait en plus ingurgité suffisamment de caféine pour ne plus jamais boire de café. Rigolo, certes, mais surtout doué d’une jolie faculté à rendre écoutable des choses qui auraient pu finir indifféremment chez Nicolas Peyrac ou chez un Henri Des qui aurait été convaincu de pédophilie. C’est comme un Miossec qui aurait piqué les jouets à ses gosses (Si La Lumière Change) avec un rire sadique, s’amusant des défaites minimes du quotidien avec une finesse faisant parfois défaut. Elevé certainement par les chansons de Boby Lapointe ou de Jérôme Miniére, Martin compense son déficit en vocalise par des prouesses, pas toujours très fines, en paroles. Plus drôle que Mathieu Chédid, moins que son père, plus explorateur sonore que Delerm, mais beaucoup que Dominique A, moins arriviste que Raphael, mais plus prévisible que Katerine, Martin Angor va avoir une place difficile à se faire dans la chanson française, proposant ici et là (Blanc) des alternatives qu’un groupe comme les Valentins avaient laissé en plan, faute de combattants. Encore.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.