> Critiques > Labelisés



Ayant passé un âge, où l’excentricité se résume à porter un maillot rose en plein mois de Juin, la pochette du premier album de Ebony Bones avait de quoi me donner une remontée gastrique, qui n’aura d’égale que la descente du sieur Jean Louis. Attifée comme une perdante d’une télé réalité, et habillée par le concepteur de la mire télévisuel de l’ORTF, c’est ainsi qu’Ebony se présente. Evidence même, elle ne devait pas avoir comme style musical le folk ou le blues, où alors un blues synonyme de Babar l’éléphant très très très rose. Préjugés de côté, la plongé dans ce royaume de couleur est un plaisir, que même le futur quadra que suis, retord à tout genre de danse, sauf horizontale, n’a pas boudé. Il faut dire qu’écouter « We Know All About U » ou encore « Story Of St. Ockwell’ ou encore « The Muzik » ou encore….. enfin vous m’avez compris, écouter ce disque ravive un désir puissamment enfouis sous des tonnes de préjugés, celui de bouger « mon boule ». Mélangeant la musique comme elle mélange les couleurs pour s’habiller, Ebony Bones est une sensation rare. Avec sa voix qui serait comme celle de Kristin Hersh qui aurait trainé avec beaucoup d’éléphants roses surexcités, et une basse lourde et puissante, cette star, c’est pas moi qui le dit, pourrait devenir le phénomène des semaines à venir, pour peut que la transposition de ce disque sur scène donne un reflet tout aussi chamarré. Sur ce je vous quitte, mon ipod branché à mes Nike, et comme coach musical ce tube imparable (le tube de l’année ?) « IN G.O.D. WE Trust (Gold, OIL & Drugs) ». Beaucoup de couleurs ravissent l’auditeur. Ebony BOMBE !!!!!




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.