> Critiques > Labelisés



Je suis tombé dessus par hasard, pour dire je m’en souviens même plus. J’avais du coup reçu un vieux cdr dans une boite en plastique qui avait du servir plusieurs fois. Bell orchestre marqué en rouge sur le cd. Cheap. Je n’ai su que récemment que Erlend Oye, enfin Richard Perry, jouait dans Bell Orchestre. Il paraîtrait même que c’est " son " groupe. Déjà que ce disque me procurait un effet bizarre, apprendre une telle nouvelle bouleversifiante, m’a plongé dans les abysses les plus profondes. " Recording a Tape the Colour of the Light " est un disque instrumental, mené par des cordes, des cuivres, des rythmes déchaînés. Mais il y a un obstacle. Difficile au début de dire ce que c’est, car tout à l’air parfait, bien agencé, et puis on écoute plusieurs fois et rien ne se passe. Le lozérien, même d’adoption, étant obstiné, je m’obstinai donc. Mais impossible de parvenir a rentrer dans ce disque, les meilleurs morceaux étant ceux où le groupe se pose, distillant leur énergie sur la symbiose des instruments et pas uniquement sur cette batterie parfois trop encombrante. Il reste que ce disque tout à fait agréable, en tiendra plus d’un en haleine. D’autres passeront leur tour, et même peut être les fans hardcore de The Arcade Fire. Parce que bon. En vous remerciant.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.