> Critiques > Labelisés



J’avoue n’avoir jamais été un grand fan des jumeaux Pace. Peut être par manque d’écoute, sûrement parce que je ne suis pas tombé sur les bonnes chansons. Misery is a butterfly semble être pourtant l’album parfait pour rencontrer la blonde aux cheveux roux. Des mélodies aussi belles que Kazu Makino, sombres et tristes comme les plus beaux jours de pluie, mais avec une délicatesse, comme si vous retourniez, enfant, dans les bras de votre mère. L’alternance entre les voix de Kazu et d’Amedeo est un plus indéniable, Kazu étant l’acidité et Amedeo l’amertume. Du coup le mélange est des plus savoureux, même si la voix de Kazu, très aigue peut être assez vite irritante. Ceci dit les morceaux les plus réussis sont ceux où la demoiselle chante. Le magnifique Melody, le fabuleux titre éponyme Misery is a butterfly, ou le larmoyant Anticipation, sont autant de facettes d’un groupe, à la fois pop, triste, voire même aussi déprimé qu’un matt elliott caché derrière une pierre tombale. Alors Misery is a butterfly est peut etre le meilleur disque pour rentrer dans le jeu de ce group atypique, autant au niveau géographique de leur origine, que de leur musique tant introspective. Un album précieux et précis, tout en construction et déconstruction, qui restera comme le plus accessible du groupe. En vous remerciant.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.