> Critiques > Labelisés



Le titre ne laisse certainement rien au hasard, les midnight choir nous offrent les larmes de demain, les larmes du manque quand le groupe viendra à rendre l’âme à l’image de kat onoma (le lien est volontaire) jetant l’éponge (pour éponger les larmes) par manque de reconnaissance, par oublie dans les mémoires. Découvert via le troublant waiting for the bricks to fall, on a certainement à tord pensé que le groupe était celui d’une seule chanson (will you carry me across the water ?). Inconfortables, car profondément marqué par le manque le vide la tristesse, cette musique passe grace à sa lignée avec les dégénérescences éthyliques des Tindesrticks et avec les prismes de la gomina de Chris Isaak. Léchant les lourdes productions FM, (mise en lumière sur la première partie) Midnight choir prend des libertés et donne aux groupes des allures de travailleurs de l’ombre du folk libéré et classieux avec comme mentor les walkabouts. Compilation gourmande (roborative ?) pour découvrir un groupe qui vous fera de toutes les façons verser des larmes.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.