> Critiques > Labelisés



En lisant le dossier de presse envoyé avec Helping Hand la crainte me venait de devoir me coltiner encore un disque aussi pédant qu’un essai de Finkelkraut (désolé j’ai trouvé que tardivement ma tête de turc 2005) aussi chiant qu’une émission de radio présentée par Sylvain Bourmeau (ah bon il en fait !). La surprise sera grande quand je me mis à chercher Satie dans You’re In For It, étant plus proche à cet instant de l’esprit d’un gogo dancer sur une piste du Macumba de Marienbad. Mais ce n’est pas non plus un hasard que les pistes soient brouillées, même si Man ne laisse jamais le hasard ne pas être le fruit. Le duo laisse l’accident arriver, même de plein fouet dans Mark Hollis (Drifting). Le duo le laisse arriver, lui facilite la naissance par une ouverture d’esprit que l’on peut tout aussi bien appeler la liberté. Helping Hand est un disque rationnel dans son agencement, on cherche les lignes mélodiques dans un vague de plus en plus au bord de la lame d’un couteau. Les morceaux s’enchaînent avec un hasard heureux avec comme défi tendre de plus en plus vers une forme d’immatérialité. C’est à un jeu de poings contre poings que se livre le duo, laissant l’électronique prendre le pouvoir avant de se mouvoir en esclave silencieux par la suite. Man n’est pas un hasard, trois lettres (comme bed) et un mot qui est l’un des clous de l’universalité. Une main tendue, une main amie, mais exigeante, quelqu’un à sauver, une vie.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.