> Critiques > Labelisés



Si à la fin des années 80 quelqu’un s’occupait de l’image des groupes du label 4AD il devait s’arracher des cheveux à chaque visionnage d’un clip ou d’un reportage des pixies. Si certains communiquent par leur absence (belle and sebastian, sigur ros, GYBE) certains comme les pixies (ne sont ils pas les seuls à leur échelle ?) se foutaientt royalement de l’image au point de devenir maître en matière de charisme à l’envers. Car comment ce groupe a t ’il pu bénéficier d’un tel retentissement dans l’histoire (rien qu’a voir la somme des témoignages) en ressemblant à ce point à rien, où plutôt tellement à tout ce que nous avons dans notre quotidien. Il y a de l’ineptie même à les regarder. Il faut se pincer pour coller ces chansons à ce guitariste peureux, à ce batteur en allemand sur les plages du Nord, à cette bassiste à la vulgarité gauche et à ce chanteur poupon absent dans le registre rock star. Alors vous me direz pourquoi un dvd ? Pour voir kim deal en tenue d’anglaise frigide à Venise ? non peut être avant tout pour mesurer à quel point ce groupe n’avait que ses chansons à délivrer dans un élan entre désespoir et joie communautaire, même si cette communauté ne transparaît que sur scène. Des clips indignes de tels titres (on retiendra à peine debaser) une prestation live quelconque plus pour la mémoire que pour l’histoire, ce dvd est le contre-exemple d’une carrière de son. Après cela demandez vous ce que serait placebo sans ses clips, ce que serait dionysos sans ses prestations live ? les pixies n’avaient que le son et ses pochettes pour se battre, et ils ont gagné toutes les batailles, surtout celle contre un agent de communication pour une vraie crédibilité. Espérons que ce retour en 2004 nous donne encore raison.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.