> Critiques > Autoproduits



S’il y a une rubrique qui marche de mieux en mieux sur ce site c’est bien celle des coups de pouce. Même si l’aventure pouvait paraître difficile à mobiliser, le bouche à oreille fait son office et le demandeur n’est plus celui que l’on croit. Quert m’est arrivé par hasard il y a deux jours et l’urgence a très vite été le mot d’ordre, l’urgence d’en parler au risque de se tromper pour une fois. Faire enfin confiance en son instinct et faire fi du mûrissement. Quert comme beaucoup de ses contemporains français à oublier la langue (quoique les titres soient somptueux "attente traumatique sur les marches d’un trianon mutique" !! Pascal comelade en est battu) et se concentre sur sa musique, est là en l’occurrence nous pouvons parler de LA musique. Faisons une bonne fois pour toutes valser les étiquettes, et parlons que d’une chose, de la simplicité d’une chose jouée dans un esprit de relâchement et de grands espaces, éclatant les préjugés et les poncifs. Quert illustre ses vignettes sonores d’une image de désert, histoire de combler cet espace que l’on imagine accablé par un soleil de plomb sans ombre. Pas de refroidissement pour autant, ici la musique est un parasol joyeux et non dispendieux, acclamant au passage par des sons de guitare rageuse mais en sourdine, des animaux imaginaires et tolèrant. Un disque d’humilité et de poésie sonore qui font de cette démo une des meilleures de cette année. Ne laissons pas Quert combler seul ce désert. A découvrir d’urgence et absolument.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.