> Critiques > Labelisés



Souvenez-vous, nous avions tellement aimé le premier album de Sweek que nous les avions invité pour le volume cinq de nos compilations. Souvenez-vous, Sweek nous avez quasiment réconcilié avec le post rock nous laissant tout le loisir de voir en eux une source de rafraîchissement d’un style tombant trop systématiquement dans la facilité. The Unbelievable Cinematic Crash va plus loin encore, donnant à cet ensemble du romanesque, de l’épique signant son Levez Vos Skinny Fists avec ce je ne sais quoi de vandalisme artistique qui fait la rareté de certain disque. Sweek s’emmène plus loin que encore que sur The Shooting’s Stars, assumant autant ses envies de pop que ses heures d’écoute d’un rock lourd et fort. Ici les cordes vivent le même instant que les guitares, la batterie ne répond à personne mais communique avant tout avec tout le monde, quand à la trame elle conjugue l’action dans les temps de la vertu. The Unbelievable Cinematic Crash est un disque gourmand, un album qui flirte avec l’absolu, un album qui regorge d’histoires et d’intrigues sans jamais les dénouer réellement donnant aux écoutes successives le droit d’être exclusives. On restera pantois face à thanx for sundays (nothing to do with any god !), cette entrée pharaonique et tellement proche de nous, on se plongera dans le reste avec l’émerveillement d’un auditeur qui n’en croira pas ses oreilles de croiser les enfants de Calexico dans cette myriade de propositions à l’évasion. Sweek pour la seconde fois consécutive séduit par son application à satisfaire tel un charmeur de serpent, ses instruments. Il y a du géni dans cette musique. Enooorme.




 autres albums


 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.