> Critiques > Labellisés


  • 8 mars 2008 /
    Chesnutt, Vic
    “North star deserter”

    rédigé par Jim
    1 vote
      (10/10 - 1 vote) notez cet album


La personnalité de Vic Chesnutt pourrait faire l’objet d’un roman. Démontrant très tôt des capacités inouïes de compositeur, le natif de Floride a été violemment blessé dans un accident de la route, suite auquel il est devenu paraplégique. Suicidaire et ayant abusé de substances illicites tel Mark Linkous (Sparklehorse), Vic Chesnutt se fait repérer par Mickael Stipe (REM) qui produit ses deux premiers albums, avant de signer quelques années plus tard ce que la critique s’accorde à considérer comme son chef-d’œuvre, à savoir Is the doctor happy ? paru en 1995. Néanmoins, après une décennie plutôt faste, on avait un peu perdu la trace du songwriter, la faute à une série d’albums un ton en dessous. Autant le dire d’entrée, Vic Chesnutt frappe un grand coup avec ce North star deserter. Les mauvaises langues feront remarquer qu’avec un casting pareil il était difficile de manquer ce rendez-vous. Chesnutt s’est en effet adjoint les services de Guy Piccioto (Fugazi), d’ A Silver Mount Zion et d’autres membres de Godspeed You Black Emperor. Pourtant, signer son retour sur le label constellation est au minimum une preuve d’audace, la structure canadienne s’étant signalée depuis un moment pour ses goûts douteux et ses disques abscons. Et le pari est doublement tenu : le songwriter parvient à réinjecter du sang neuf dans son écriture folk (Marathon, Warm) tout en remettant sur les rails une constellation en manque de repères suite à la défaillance de Godspeed. Surtout, Chesnutt, en partie grâce à son unique timbre de voix, ne se laisse pas reléguer au second plan mais canalise le potentiel de tous ses invités (on pense en particulier à Efrim et à son chant déroutant) et l’exploite avec génie comme sur les quelques dérives abrasives qui parsèment l’album (Everything i say, Debriefing) et qui nous font espérer au passage un réveil rapide de l’empereur. L’union tient donc la route et North star deserter se positionne comme un incontournable de l’année.




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.