> Critiques > Labelisés



Interrogé dans les colonnes du webzine Indie-mp3 l’été dernier, Jimmy Tassos -à la tête de l’inéstimable label états-unien Matinée Recordings- expliquait que la structure créée en 1997 ne devait au départ rendre disponible qu’une poigneé de 7’’ dignes d’écoute. Près de dix ans plus tard, un déménagement vers la Californie et l’abandon de sa carrière d’origine, l’aventure entreprise par Tassos et qui visait à perpétrer l’héritage Sarah Records, se poursuit. Pour preuve, la sortie d’Out To Sea (Matinée Recordings/Import) une compilation de classiques enregistrés par les Britanniques de Brighter, qui comprend six inédits. Vingt titres madeleine savoureux signés Keris Howard, Alison Cousens et Alex Sharkey, trio indie culte de la fin des 80’s et du début des 90’s, qui convoquent souvenirs d’adolescence et visages aimés (Field Mice, The Orchids, Blueboy...). La somme débute par l’intégralité du mini-lp Laurel (Sarah Records, 1991), ses mélodies dentelles, sa pop à l’eau claire et la voix saisisante de fragilité d’Howard et le complète de deux inédits fixés sur bande lors des mêmes sessions (" If I Could See " et " Wallflower "). Elle se poursuit avec cinq titres remasterisés issus de deux flexis publiés par d’obscurs labels indie et quatre titres inédits enregistrés avant le premier effort du groupe. Autant de pistes qui présentent une formation passée maître dans l’accumulation savante de couches et l’élaboration de mélodies immédiates. Cette collection s’achève avec " Still " présent sur la compilation " Becket House " et qui ferait sortir le mouchoir au plus cruel des tortionnaires. Au total et pour le collectionneur, l’idéal complément à la compilation de singles de Brighter éditée en 2003. Idéal également, la sortie archivée matcd 042 soit le premier long format de Math And Physics Club (Matinée Recordings/Import), quintet chéri du label, au physique d’étudiant en prépa scientifique. MAPC relève du fantasme ultime pour indie fan toujours prêt à tremper ses panties aux sons de Belle And Sebastian, The Go-Betweens ou mieux The Lucksmiths. Car MAPC confirme sur cet album homonyme de haute tenue qu’ils méritent les espoirs placés en eux à la sortie des Eps Weekend Away -l’Ep le mieux vendu paru sur Matinée- et Movie Ending Romance. Durant cette courte demi-heure de guitares tintinnabulantes, de basse ronde, d’hand-claps rigolards et de trompette solaire, l’on se dit que Charles Bert, James Werle, Saundrah Humphrey, Kevin Emerson et Ethan Jones ont la bonne grosse classe américaine. Seatlle la pluvieuse aura donc enfanté d’un groupe capable d’aider à bronser par simple exposition à leurs mélodies twee-pop parfaites.de moins de trois minutes. Ajoutons que MAPC n’oublie pas de remercier papas et mamans à l’intérieur de ce digipack racé... Inutile de lutter donc, à l’issue de Math And Physics Club et pour paraphraser le titre d’une chanson de la formation de Forster et Mc Lennan évoquée plus haut, on

Portfolio




 autres albums


aucune chronique du même artiste.

 interviews


aucune interview pour cet artiste.

 spéciales


aucune spéciale pour cet artiste.